Julien Le Roy sur l’innovation – on innovation

Horloge Horizontale d’après l’invention de Julien Le Roy

Un des grands innovateurs de l’horlogerie française dans la première moitié du 18ième siècle, Julien Le Roy écrit ces mots en guise d’introduction à un mémoire traitant de changements radicaux qu’il introduisit pour la construction des grosses horloges.

Dans le tems même que nous nous appliquons à considerer une machine, à dessein de la perfectionner, il n’est pas en notre pouvoir de nous former toutes les idées qui y ont rapport, ni même de les combiner toutes ensemble, ou séparément les unes des autres, pour choisir celles qui sont uniquement essentielles pour réussir dans le projet comme dans l’execution; de là vient qu’il est si aisé de copier la plûpart des Machines, & si difficile d’en inventer de nouvelles.

Si notre imagination ne nous presente que rarement de nouvelles idées ,& que ce soit presque toujours le hazard qui nous les fasse appercevoir, on ne doit point être surpris si les progrès des Arts sont si lents, puisque ces mêmes progrès sont souvent l’ouvrage du hazard que la reflexion met en œuvre.

Julien Le Roy, dans Henry Sully: Règle artificielle du temps (édition 1737) pages 332-333.


One of the greatest innovators in French horology in the first half of the eighteenth century in France, Julien Le Roy writes these words in introducing a memoir dealing with the radical changes he introduced to how turret clocks were designed.

During the time that we apply ourselves to consider a machine, aiming to improve it, it is not in our power to formulate all the ideas related to it, nor even to combine them together, or separately one from another, to choose those that are uniquely essential to the project, and its execution; from this follows that it is easy to copy most machines, and so difficult to invent new ones.

If our imagination only rarely offers us new ideas, and if it is almost always chance that makes us perceive them, we must not be surprised if progress in the Art is so slow, given that this same progress is often the result of fate, which reflection then implements.

Julien Le Roy, in Henry Sully: Règle artificielle du temps (1737 edition) pages 332-333.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *