C couronné, Crowned C mark

Last updated on June 18, 2021

On retrouve ce poinçon sur des bronzes décoratifs (sur des cartels, par exemple) du 18ième siècle en France. Lorsque présent, les maisons d’enchères indiquent la présence de ce poinçon, suggérant qu’il constitue une marque d’authenticité ainsi que de qualité.

These marks are found on some decorative bronzes (on cartel clocks for example) in eighteenth century France. When present, auction houses usually indicate the presence of this mark, suggesting it constitutes a mark of authenticity and of quality.

This image has an empty alt attribute; its file name is C+couronn%C3%A91.jpg
C couronné, Crowned C mark

Texte de Galerie BERGER, 10 place de la Halle, 21200 Beaune: Un édit de 1745 fait obligation aux bronziers de frapper leurs ouvrages d’une petite lettre distinctive, un C surmonté d’une couronne, les soumettant ainsi au règlement d’une taxe. Celle-ci s’appliquait aussi bien aux objets qu’aux meubles qui en étaient ornés.

Cette marque qui ne mesure que quelques millimètres (de 2.5 à 5 selon la taille des pièces) a longtemps intrigué les spécialistes. Est-elle la signature du bronzier Caffieri, celle du fondeur Colson ou encore l’estampille de l’ébéniste Cressent ?Il faut attendre 1924 et la thèse d’Henri Nocq, Le Poinçon de Paris pour apprendre qu’il s’agit d’une marque sanctionnant un impôt payé sur les bronzes et les cuivres entre 1745 et 1749. Comme toute taxe, elle est largement impopulaire et l’on ne compte pas les nombreux procès opposant les artisans aux agents de l’État. Et pourtant l’édit de février 1745 est formel : il s’applique à “tous les ouvrages vieux et neufs, de bronze, de cuivre pur, de fonte, de cuivre mélangé, forgé, moulu, battu, plané, gravé, doré, argenté et mis en couleurs, sans aucune exception”.Chaque artisan doit se rendre au bureau de la marque au “cul-de-sac des Bourdonnais”, dans le quartier des Halles, pour y faire insculper le poinçon et s’acquitter de la redevance. Un détail qui a de l’importance : nous sommes à l’époque de la guerre de succession d’Autriche et les besoins militaires sont alors pressants. En février 1749, la paix d’Aix-la-Chapelle est signée et quelques personnalités notent alors la “suppression des petits impôts nouveaux”.

Mais en attendant, le poinçon doit figurer sur tout travail de métal cuivreux exécuté ou vendu durant ces quatre années. Le texte précise également qu’il concerne “tout ouvrage vieux ou neuf”. Il est donc possible de le trouver sur des pièces antérieures à 1745. Il suffit pour cela que l’objet soit soumis à une nouvelle couche de dorure ou qu’il passe dans le commerce au cours de ces quatre années. Tel est le cas de certains meubles d’André-Charles Boulle, d’époque Louis XIV, mais dont le succès s’est prolongé. Il est donc possible de le rencontrer sur une œuvre antérieure à 1745 -même si cela est rare- alors qu’il sera absent d’un bronze plus récent, sauf s’il s’agit d’un faux.Même si l’on se limite aux bronzes Louis XV, il est difficile de les dénombrer tant le C couronné semble avoir envahi bronzes d’ameublement et objets de décoration aussi bien à Paris qu’en province au cours de ces quatre années. On sait combien de tels objets furent prisés à l’époque et le succès que connurent les bronziers. Le roi trouvait là le moyen de financer ses campagnes, les artistes une récompense à leur talent. Et si des interrogations subsistent quant aux différentes formes que prit le poinçon, sa découverte demeure un repère précieux pour les amateurs de bronzes Louis XV.
Source bibliographique
“Les Bronzes dorés français du XVIIIème siècle”, Pierre Verlet, Picard Editeur – 1987

Exemple d’une interprétation erronée de ce poinçon par une maison d’enchère (2021): “Horloge en excellent état, restaurée, dont toutes les appliques portent un poinçon dit au ‘C Couronné’, qui permet de la situer précisément entre 1745 et 1749 “. Dans ce cas, des indications de style ainsi que de l’horloger indiquaient plutôt la période de la Régence pour cette horloge. Donc probablement, comme indiqué dans le texte de Berger, il s’agissait que l’horloge avait été sujette à une nouvelle couche de dorure, ou avait simplement été mise à revendre durant cette période 45-49. Donc la maison d’enchère a induit les acheteurs potentiels en erreur en suggérant ces dates pour la manufacture de l’objet.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *